samedi, 17 décembre 2011

Ils savaient pas encore...

Femme2.jpgIls étreignaient le vide poussés par le souffle des heures bleues et déployaient leurs ailes aux rêves vacillants. 

Ils traçaient la route dans la ferveur sauvage,  les emportant naïfs à la force de leurs  humanités jusqu’à la clarté révélée.

Ils savaient pas  encore la dureté de certains hivers, la férocité des combats et la blessure profonde.

Ils pensaient trouver l’or au creux des sourires des hommes au cœur des  sagesses  battant la douceur des espoirs satins.

Ils pensaient trouver la main caressant la peau aux éclats de demain, les visages esquissés aux contours de l’amour...   

 

Commentaires

Il y a un style dans votre écriture qui va me faire revenir vous lire. A bientôt.

Écrit par : luno | samedi, 17 décembre 2011

Répondre à ce commentaire

Bienvenue luno et à bientôt.

Écrit par : virtuelle | dimanche, 18 décembre 2011

Ils savaient pas encore que la lave des heures bleues qui les soulevait les souleverait jusqu'au sacrifice des heures bleues au déploiement d'un vol.

Écrit par : simone | samedi, 17 décembre 2011

Répondre à ce commentaire

où ils savaient trop que le soulèvement méritait un sacrifice...
Bien à vous

Écrit par : virtuelle | dimanche, 18 décembre 2011

Une course à la promesse. Tirés devant, nous avançons repliés le long du mur du destin. Nos outres d’amour ballottées dans nos ventres. Nous ne demandons rien, et pourtant l’aube n’a de cesse de nous débrider face à l’inconnu. Nous croyons. Nous espérons la clarté qui éponge nos failles. Nous tenons debout et les jours qui viennent nous semblent être des glaçons dévalant la montagne. Nos sacs en peau de biche ont du mal à contenir la torpeur. Nous irons quoiqu’il en soit, parce que hier nous propulse autant que demain nous extirpe. Mes valises sont pleines de crépuscules mouillés.
Amitiés.

Écrit par : B. | dimanche, 18 décembre 2011

Répondre à ce commentaire

Ici les valises pleines se déposent le temps d'un passage dans un échange de mots aux échos entendus.
Bien à vous

Écrit par : virtuelle | lundi, 19 décembre 2011

Je pense à cette si belle chanson de Jean Gabin "On ne sait jamais...."

Écrit par : lutin | dimanche, 18 décembre 2011

Répondre à ce commentaire

Le chemin est long à la mesure des ignorances consenties....

Écrit par : virtuelle | lundi, 19 décembre 2011

Franchissant le col qui sépare des demies mesures ils savaient que trop le soulèvement sans égard et leur prière -Pas encore!..dérisoire.

Écrit par : simone | lundi, 19 décembre 2011

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire